Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2007

Un homme à la mer (le holisme est-il soluble dans la blogosphère ?)

Ainsi que je l'ai laissé entendre ici ou là précédemment, il devenait difficile de continuer à mener de front sur un même support des contenus de nature très hétérogène, sur le fond comme sur la forme, en particulier des réflexions ouvertes et des récits plus personnels, et cela conjointement avec le développement de notes à vocation plus professionnelle.

Ce blog a donc démarré une phase de réorganisation, qui s'étalera probablement jusqu'à la fin avril. Cela ne devrait pas affecter la poursuite de la publication des notes - tout au plus la ralentir un peu comme c'est le cas depuis quelques jours, mais apportera à leur agencement quelques modifications substantielles.

L'objectif de ces trois ou quatre derniers mois a été de créer, puis de développer un espace de communication propre à la faveur d'une période de transition privilégiée. Cet objectif atteint (pm. avec en cumul, depuis la création de ce blog fin 2006, environ 6000 visites dont 45% de visiteurs uniques, et près de 20000 pages consultées), il est à présent d'assurer une plus grande cohérence interne et une meilleure lisibilité des contenus.

A ce stade, la réflexion n'a pas encore pleinement abouti. L'architecture d'ensemble pourrait toutefois se clarifier autour d'une redistribution des contenus entre trois blogs distincts, chacun avec sa charte éditoriale et graphique propre (dans les limites, pour ce dernier point, des fonctionnalités que propose le système développé par Blogspirit).

L'un, "New world, new deal" (American Notebook), devrait conserver son statut de carnet de bord, se caractérisant par une curiosité et une réflexion ouverte sur les changements en cours et la recherche de réponses neuves à cette "nouvelle donne". Il continuera, dans cette perspective, à s'intéresser en particulier aux questions politiques ou de société, en faisant un sort à des lectures, essais ou romans, qui me paraîtront apporter un éclairage utile.

Je n'ai pas encore statué sur le fait de savoir si les rubriques dédiées à la communication ou au management y seront maintenues. Si c'est le cas, ce sera alors sous un angle personnel s'autorisant une plus grande liberté de ton que cela n'est généralement d'usage dans le monde professionnel . Il aura, comme les deux autres blogs, chacun sous un angle propre, l'expérience américaine en cours pour fil conducteur.

Un deuxième blog devrait réunir les récits de nature plus personnelle, sur un mode résolument plus libre - ce principe s'appliquant aussi bien aux sujets retenus qu'aux formes expérimentées. Ces récits, qui seront agencés par thèmes et s'inspireront notamment de divers épisodes biographiques, seront regroupés sous des intitulés généralement plus exotiques que ce ne sera le cas sur "New world, new deal".

Si ce dernier se définit comme un carnet de bord essentiellement axé sur les contenus, le second blog s'apparentera alors à un atelier plus personnel, volontiers plus intimiste, plus attentif aux questions de forme aussi - une sorte de "plaisir du texte" si l'on veut, qui représente sans doute la part la plus ludique et la plus créative de l'ensemble.

Un troisième blog enfin, en cours de finalisation, aura vocation, quant à lui, à servir de support à une activité de consulting en réunissant l'essentiel des contributions consacrées à la communication et au management - j'entends ici, pour l'essentiel, sous ce terme générique les questions de ressources humaines abordées non sous l'angle de l'administration des politiques sociales, mais sous celui du pilotage humain des organisations.

Il s'agira ici sur le fond à la fois de capitaliser sur l'expérience acquise ces douze dernières années dans ces domaines, tout en poursuivant une réflexion ouverte sur les évolutions qui me sembleront riches de nouveaux développements pour l'entreprise, notamment en matière de leadership, de conduite du changement et de gestion des crises. Quant à la forme, je m'y abstiendrai naturellement de notations trop personnelles (les notes de management qui y seront reclassées seront ajustées en ce sens) tout en m'efforçant d'y préserver une approche singulière associant la réflexion et l'action, aspects opérationnels et plus exploratoires.

Je n'exclus pas, chemin faisant, que l'un ou l'autre de ces trois blogs finisse par dessiner la base d'une publication distincte, qui pourrait ainsi prendre la forme, selon le cas, d'un carnet de voyage, d'un récit ou même d'un manifeste. Nous verrons bien à l'usage.

Voilà, quoi qu'il en soit, pour les grandes lignes d'une réorganisation qui n'aura donc pas pour effet de supprimer des contenus en cours de route, mais de les organiser différemment, en les développant chacun selon leur logique et leur finalité propres : faire réfléchir, divertir, proposer.

Pour avoir commencé de l'expérimenter concrètement, il me faut ici préciser, sur un plan plus technique, que cette réorganisation s'accompagnera de modifications involontaires liées à l'architecture de la plateforme sur laquelle, après avoir envisagé différentes hypothèses, j'ai choisi, pour l'heure, de continuer à développer cet ensemble de blogs (sans écarter pour la suite une migration, au moins partielle, vers une autre plateforme dans une logique éditoriale).

Il s'agira, pour l'essentiel, de la suppression de certains commentaires, que je ne peux malheureusement pas importer sur un autre site en même temps que les notes, et de la reprise antidatée d'articles qui ne peuvent en effet, avec le transfert en cours, conserver leurs dates de publication initiale. Quant aux éventuelles "redites", elles devraient être évitées, sauf dans le cas où il s'agira d'aborder un même sujet à travers des angles différents d'un blog l'autre - ce qui, en soi, peut d'ailleurs constituer un exercice de style intéressant.

Il me vient, pour conclure cet avis de travaux, l'idée que si cet ensemble de contenus s'apparentait à une famille, alors "Life is beautiful" serait, comme disent les spécialistes de l'analyse transactionnelle, le site "enfant libre" dont le terrain de prédilection serait le jeu et l'expérimentation, "New world, new deal" le site "adulte" (bien que distinct des contenus généralement associés à ce qualificatif...) dédié à une activité de réflexion, si j'ose dire, équilibrée, et "Oliver & Compagnie" le site "parent", plus orienté, quant à lui, vers la norme et l'action.

On pourrait également y voir trois stades de développement - enfant, adolescent, adulte - compris ici non comme stades de conscience distincts et hiérarchisés, mais comme des sources d'inspiration complémentaires, de même statut, entre lesquelles il me serait ainsi possible de naviguer dans une approche "holistique", pour reprendre l'évocation du courant de pensée sur lequel s'appuie Maurice Lévy dans son récent ouvrage sur la communication, organisant la nécessité de la cohérence sans s'interdire les ressources d'une approche plurielle (de fait, l'approche holistique se définit comme un "processus créatif fluide" (...) aboutissant à ce que le tout représente plus que la simple somme des parties qui le constituent).

Une façon comme une autre, malgré tout, de concilier travail et plaisir, efficacité et exploration, devoir et liberté. Une façon aussi de conserver, au-delà de la séparation des contenus et des approches, une forme d'unité dans la diversité qui a constitué, à mes yeux, l'un des aspects le plus difficile mais aussi le plus intéressant de cette expérience.

Bref, encore quelques jours, et l'on devrait y voir plus clair... N'hésitez pas, de votre côté, à me faire part de vos réflexions sur ce nouvel agencement : on apprend largement "en marchant" sur ces sujets, et je suis sûr que vos remarques m'aideront à mieux finaliser tout cela.

Ceci encore : dans cette période singulière, je remercie tous ceux d'entre vous qui m'ont apporté leur soutien, leurs encouragements et leurs idées dans cette nouvelle aventure éditoriale, sous la forme soit de commentaires, soit d'e-mails, soit encore de propos directs. Si j'ai fini par ne pas répondre systématiquement à ceux qui ont animé le blog de leurs commentaires, c'est qu'il m'a semblé, à un moment donné, que ceux-ci commençaient à vivre de leur propre vie - impression, soit dit en passant, tout à fait réjouissante. J'ajoute, mais est-il besoin de le préciser, que j'ai toujours lu ces commentaires avec beaucoup d'attention.

J'essaierai par la suite de me montrer à la hauteur du plaisir ou de l'intérêt qui a parfois été tiré de ce drôle de carnet de bord, dont l'étymologie renvoie aux carnets de route des marins et dont la forme du blog s'est inventée, il y a une dizaine d'années, outre-Atlantique. Un homme à la mer ? Ah, elle commence bien cette America Cup.

12/03/2007

Hâte-toi de transmettre... (ceci n'est pas une note sur la fiscalité des successions)

Toute nouveauté, dit Canetti, a besoin d'impatience pour naître.

Bien sûr, beaucoup de de projets nécessitent du temps. Le temps de se former, le temps (souvent impatient lui aussi, et mal assuré), de faire ses premiers pas dans la vie adulte, le temps de s'installer, le temps de bâtir. Bientôt même, et de plus en plus tôt, le temps de préparer de plus vieux jours sur un modèle qui sera d'ailleurs de moins en moins celui de la retraite (le droit de recevoir, en retrait du monde) que de la séniorité (la disponibilité à donner, active dans la société).

Mais, même si, d'agendas en factures, de rites en échéances, de plannings en saisons, nous finissons par dissoudre, dans les travaux et les jours, la conscience du plus fondamental de nos biens, oubliant que nous sommes toujours plus libres que nous ne le pensons, le temps nous est compté. Il y a peut-être des limites à l'aventure ; mais il y a moins d'obstacles à l'exercice de notre liberté que nous ne le pensons d'ordinaire.

A la vérité, notre capacité à réduire, d'années en années, le champ des possibles, constitue sans doute le plus vertigineux de nos renoncements.

Je crois au surgissement d'idées et de projets entraînants, de ceux qui, nous ayant souterrainement accompagné pendant de longues années, s'infléchissant, se métaphorphosant à l'occasion d'expériences inédites, de succès mais aussi d'échecs et de deuils, de nouvelles lectures, d'autres rencontres, finissent par s'imposer comme une nécessité de faire, d'entreprendre, de tenter - d'y aller.

La nouveauté pour soi n'est-elle pas, bien souvent, que l'identification attentive de ce que nous portons en nous de longue date ?

Nous sommes tout pleins de nos rêves (encore que ce soit aujourd'hui davantage de nos fantasmes) de ce qui nous a fait vibrer, vivre avec intensité - et dont voulons croire qu'il finira bien un jour par advenir. Nous faisons pour cela montre d'abord d'un honorable souci de nous organiser, puis nous nous en remettons au cours des choses avant, pour finir, de renoncer, un mince sourire aux lèvres.

Les années passent, et nous perdons cette relation vivante à la réalisation de soi, pourtant essentielle au sentiment que nous aurons d'avoir, ou non, accompli notre vie.

"Hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux, de rébellion, de bienfaisance, car effectivement, tu es en retard sur la vie" dit René Char.

Il n'est pas trop tard.

16/02/2007

Une pause (introduction au dernier Pontalis)

Un très beau soleil inonde l'appartement ce matin. Le ciel, au dessus d'Easton, est d'un bleu délavé, à peine voilé par endroits d'un mince filet de nuages extrêmement étirés, plus épais vers le sud. La température repasse au-dessus de 5° au soleil, mais elle flirte encore avec les - 10° côté nord. Ce n'est pas le printemps, mais c'est l'amorce d'un timide dégel. Je ne peux malgré tout m'empêcher de recréer dans le grand salon qui me fait office de bureau, un peu d'une pénombre plus intimiste en abaissant les stores des quatre grandes fenêtres de la façade qui donne sur Chagrin Drive.

Je me sens heureux de cette pause. Je me suis donné quelques semaines, en deux phases : l'une plutôt en retrait jusqu'à la fin mars (le temps à tout le moins de s'installer et de réceptionner le déménagement, bibliothèque et dossiers inclus), l'autre plus expansive au cours du deuxième trimestre, avant de descendre plus franchement dans l'arène. En choisissant soigneusement, dans cette période, les travaux à démarrer et ceux à préparer - pour l'essentiel, un projet de publication à l'étude pour un think tank, deux ou trois dossiers particuliers, et l'approfondissement de quelques méthodologies managériales.

En prenant aussi le temps, ce faisant, de m'acclimater (et d'abord au sens le plus météorologique du terme...) et d'explorer deux ou trois idées plus personnelles. J'ai toujours senti que les voyages, au lieu de nous éloigner, nous rapprochaient en réalité de ce qui nous est intime et familier - de ce que nous portons en nous - et que nous pouvons alors explorer avec un autre point de vue, plus librement que lorsque nous sommes assujettis à la gangue des travaux et des jours, comme aux obligations implicites que nous confère la participation à nos réseaux de sociabilité ordinaires.

S'agissant de point de vue, une paranthèse ophtalmologique s'impose : pour l'occasion, j'enfile mes toutes nouvelles lunettes. Ma compagne m'a envoyé chez l'opticien in extremis (impossible d'y échapper, elle m'a pris rendez-vous chez l'ophtalmo au réveil, par traîtrise - le réveil pour moi, c'est un peu comme Samson quand on lui coupe les cheveux : ça me paralyse), mon frère les a attrappées au passage en remontant de Lyon, avant que toute la famille - beau travail d'équipe - n'y aille de son commentaire : "un peu frimeur, non ?" commence mon père qui oublie toujours ses photos de jeunesse ; "ça me fait bizarre, je ne te reconnais vraiment pas" complète ma mère" qui préfère, quant à elle, en rester au bambin qui lui a fait les quatre cents coups (pas rancunière pour un sou, ma mère). "ça te fait une tête de réalisateur italien" conclut mon frère, rigolard. Allez vous faire une idée au milieu de cette cacophonie. Du coup, autant s'y mettre maintenant, je fais de la démocratie participative : cause toujours, je les enfile, ces lunettes, et puis je ferai un discours sur mon nouveau point de vue plus tard. S'il est vrai qu'elles sont de confort plus que de nécessité, je ne peux tout de même pas m'empêcher de songer qu'elles métaphorisent par la même occasion le besoin d'un autre regard.

Un ressourcement donc, et c'est bien en effet ce dont il s'agit - avec l'intuition, au passage, que la polarisation économique du débat sur les "trente-cinq heures" nous masque ici l'essentiel : la nécessité de pauses plus fondamentales pour mieux avancer. Je parcourais l'autre jour le dernier dossier des Enjeux : je n'y ai rien vu, pour ainsi dire, sur la connaissance de soi (l'essentiel du chapitre psychologique y est tourné vers les autres et le coaching n'y est guère abordé, à la mode américaine, qu'à travers le thème de la santé), que j'aurais pourtant placée au premier rang des qualités du "bon manager" - une sorte de prélable en quelque sorte, qui ne dit rien des compétences, mais qui détermine assez largement le fait que ça marche vraiment dans l'équipe. L'épaisseur d'un manager qui n'aurait pas pris la peine de ce détour, le risque de désespérance dans l'hypothèse d'une éviction anticipée ? Ce que l'on appelle "le développement personnel" a encore de beaux jours devant lui, pour des raisons qui, par correspondance avec les deux situations précédentes, sont à la fois économiques (une aptitude renouvelée à la performance) et sociétales (la possibilité d'une autre contribution).

Et puis, il y a aussi, dans cette pause, une chance de ne pas trop s'éloigner de ses rêves de jeunesse. Quel cadeau ! Peut-être le plus beau qu'on m'ait jamais fait. Dans cette alternance professionnelle assumée entre les hommes et les femmes - Anny parle plus volontiers de complémentarité, et elle a raison -, je sens bien des développements prometteurs pour ma génération. Les hommes sont, dans une position professionnelle qui participe au moins autant de la posture (l'imposture ?), moins indispensables qu'ils ne le pensent, et souvent moins performants qu'ils aiment à le croire. Sont-ils, au fond d'eux-mêmes, si peu lucides ? Je crois davantage là-dessus à la conscience de justifications fragiles qu'à un aveuglement imbécile - encore que les subtilités de la psychologie le cèdent souvent, en ces matières, aux crispations de la lutte des places.

J'ai suscité quelques remous un jour en concluant un séminaire sur l'idée que les femmes avaient vocation à occuper une place croissante dans l'entreprise. Ce ne sera ni la première, ni la dernière - et j'enfoncerai volontiers le clou la prochaine fois. Au fond, la montée en puissance des femmes dans les affaires, pour les hommes, c'est un peu comme le réchauffement du climat pour l'humanité (je confirme, à -10° en moyenne depuis mon arrivée ici, le sujet commence à me travailler sérieusement) : comme ça fait peur à tout le monde, on fuit la question (au sens du verbe anglo-saxon de ce qui remet en cause) sur un mode défensif au lieu de l'accueillir comme une opportunité de bâtir quelque chose de neuf. Ce qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler la blague de C. sur le neurone et le phallus ; il y en a plusieurs versions, mais le concept central (disons, le testoneurone, pour faire court) constitue bien, depuis la guerre du feu, un remarquable invariant structurel. Passons.

C'est aussi que les femmes ont bien des choses à apporter aux grandes machineries que sont nos organisations, pourvu qu'elles ne s'empressent pas d'endosser de nouveaux habits mal ajustés pour elles ; elles portent généralement autre chose que la brutalité des ratios à court terme et les non-dits des stratégies de pouvoir. Edith Cresson, de ce point de vue, constitue bien une expérience repoussoir, Simone Veil une incarnation qui reste admirable et fondatrice, et Ségolène un tatônnement encore incertain, mais qui n'est pas sans vertu.

Les franc-maçons, qui se proposent d'être des "frères" entre eux, les qualifient de "soeurs". La référence n'est pas que de pure forme, elle institue le principe d'un rapport qui serait, pour une fois, déchargé des ruses du sexe, et invite à une rencontre plus authentique entre deux êtres - Rilke a dit là-dessus l'essentiel, qu'à la manière du débat sur les trente-cinq heures, celui sur la parité est aussi en passe de manquer. Nous y viendrons tout de même, à notre rythme ; pour l'heure, la phase de la conquête pour ainsi dire organique du pouvoir requiert encore trop d'énergie en elle-même pour laisser place à d'autres considérations, de portée plus profonde quant à l'évolution, pourtant déjà en gestation, de nos organisations.

Frères, soeurs. J'en viens au premier propos de cette note... pour la conclure, au moins temporairement. Comme Pontalis au seuil de son projet d'interroger la relation entre les frères, j'hésite à évoquer son livre : je vois bien à mon tour que cela m'entraînerait trop loin et, comme lui, je sens le piège d'une approche réductrice et entendue du sujet. Si la relation entre les frères, et la fraternité par extension, se résume à cette rivalité jalouse pour la préférence d'une mère (l'amour) ou l'élection d'un père (le pouvoir), à quoi bon poursuivre l'investigation ?

Voilà que le ciel se couvre de nouveau et qu'il recommence à neiger sur Columbus. Je prends le parti de commencer cette évocation par la bande en lui incorporant, chemin faisant, quelques dérivées plus personnelles.

09/01/2007

Taisez-vous, Elkabbach ! (sur la fin du journalisme de papa)

Ainsi donc, si l'on en croit Jean-Pierre Elkabbach dans une récente tribune du Monde (4/01/2007), l'internaute contemporain se perdrait dans l'hyperinformation, en s'enfermant dans sa propre solitude...

Surtout, peu à même de décrypter l'actualité, il génèrerait par ses productions, autant que par ses nouveaux réflexes d'information, une "cacophonie intolérable", une confusion nuisible à la démocratie. Bref, c'est à "un formidable bond en arrière" que nous assisterions aujourd'hui au détriment du journalisme classique - journalisme présumé seul capable de guider les citoyens dans les débats qui comptent, et qui devrait tout au plus selon le président d'Europe 1, se montrer un peu plus à l'écoute du temps à travers la blogosphère.

Quelle erreur de jugement... A moins qu'il ne s'agisse que d'une tentative désespérée de reprendre la main sur un mouvement de fond qui échappe à la plupart des grands medias actuels - à quelques exceptions il est vrai remarquables (voir en particulier Libération, Le Monde ou Les Echos) ? A l'inverse d'un Rupert Murdoch - une leçon anglo-saxonne de plus -, Jean-Pierre Elkabbach n'a manifestement pas bien pris la mesure de la réalité du web d'aujourd'hui, et propose aux citoyens internautes une sorte d'association qui, en masquant mal son incompréhension, sinon sa morgue, signe d'emblée ses limites.

Oui, les grands medias et les journalistes n'ont plus le monopole du tri : la poste, on confirme, c'est fini. Plus exactement, ceux qui ont su bâtir une expertise technique reconnue, ou qui sont capables de développer une analyse originale du monde comme il va n'ont guère de souci à se faire - on pense notamment aux grands experts sectoriels et aux éditorialistes reconnus (voyez, parmi bien d'autres, les commentateurs affûtés que sont Barbier, Le Boucher ou de Kerdrel). Leur place demeurera - et demeurera essentielle en effet à une démocratie éclairée, courageuse et vivante. Il va sans dire que les autres ont plus de souci à se faire face à cette nouvelle concurrence des contenus issus de la société civile.

Car le niveau d'éducation général monte dans nos sociétés et, à côté des difficultés considérables que rencontrent bien de nos concitoyens les plus modestes à s'insérer avec succès dans le système scolaire - voire, le fameux bondyblog.fr ouvre de nouveaux espaces au journalisme citoyen -, une parole éclairée par les savoirs spécialisés ou la diversité des expériences de terrain - enseignants, voyageurs, cadres d'entreprises, responsables associatifs - a bel et bien pleinement trouvé sa place dans la cité.

Prétexter des mauvais blogs pour décrédibiliser un mouvement intellectuel et social riche est un piètre procédé ; c'est un peu comme si l'on faisait le tour du kiosque le plus proche pour se faire une idée de la qualité de la presse actuelle dans notre pays : résultat garanti... Au demeurant, il en va des mauvais blogs comme de la mauvaise presse : la sélection fait généralement son oeuvre.

Et, contrairement à ce qu'énonce un point de vue manifestement dépassé par les événements, la blogosphère sait intégrer les régulations utiles... bien mieux que n'aurait pu le rêver la philosophie autogestionnaire des années 70. Oui, le web 2.0 dans ses meilleures réalisations, montre une capacité remarquable à s'autoéguler en s'appuyant sur ceux qui émergent en son sein comme des partenaires fiables, et auxquels se trouve ainsi délégué un rôle de modérateur qui, lui non plus, n'appartient plus en propre aux journalistes.

Cette émergence des savoirs s'accompagne de fait d'un progrès notable du sens critique des citoyens, dont les internautes, de ce point de vue, représentent plutôt un groupe pionnier, éclairé, réactif, capable de mobilisations fortes et efficaces, capable d'identifier, de commenter et de mettre en perspective très rapidement les contenus pertinents du point de vue de la société civile. Laissons donc la "sagesse des foules" aux auditeurs de la Une et d'Europe 1 réunis.

Là encore, disqualifier l'amateurisme de la blogosphère à travers l'utilisation que font certaines chaînes américaines de blogs de GI's constitue un raccourci grotesque... Qui donc a corrigé Dan Rather sur CBS News à propos du service militaire du président Bush ? Qui a protesté contre les propos d'Eason Jordan sur CNN ? Surtout, qui réintroduit dans le débat public des sujets oubliés par les medias traditionnels parce qu'ils ne sont pas vendeurs du point de vue du modèle économique de la presse installée, sous haute influence publicitaire ?

Il en va ainsi par exemple de l'intérêt d'un suivi continu, au sein de la blogosphère, des problématiques africaines (cf le Blog Africa d'Ethan Zuckerman) ou des développements de la citoyenneté en Chine à travers... l'émergence des blogs. Sur ces exemples positifs en plein essor - et tant d'autres expériences citoyennes de premier plan telles que Ohmynews en Corée ou Agoravox en Europe -, on consultera avec prodit le dernier ouvrage de Loïc Le Meur et Laurence Beauvais, "Blogs pour les pros".

On reprocherait également aux blogueurs de "ramasser" les contenus que d'autres ont bien voulu produire ailleurs... Mais quelle est au juste, là encore, la réalité de la presse institutionnelle d'aujourd'hui ? Comment fonctionne la boucle médiatique ? Selon quelles connivences souvent à peine voilées, quelles médiations mal assurées, quelle irrationalité stupéfiante parfois, quel modèle économique explicite ?

Quant au mythe de la gratuité, l'exemple spectaculaire des quotidiens gratuits parle de lui-même, Sylvain Attal a raison de le souligner (Le Monde du 6/01/2007). Un mouvement de fond est engagé, auquel en effet la publicité commence de s'adapter. Et la dissidence de Larry Sanger ne changera rien à l'expérience de référence de Wikipédia. Si les experts conservent leur place - et certes, nous avons plus que jamais besoin aussi de leurs éclairages, désaccords inclus (voir par exemple les récents débats scientifiques sur la question du réchauffement du climat) -, c'est désormais au milieu des interrogations et des témoignages portés avec vivacité par la "communication conversationnelle".

"Bienvenue, dit Ohmynews, dans le monde qui révolutionne la production, la distribution et la consommation de l'info. Dites bye-bye à la culture journalistique d'hier, celle du XXe siècle". On ne saurait mieux dire. Oui, la blogosphère est un "incroyable révélateur de notre époque", incontestablement marquée qu'elle est par "une prise de parole plus libre et moins codée". Nous vivons une nouvelle ère de la production des contenus comparable à l'invention de l'imprimerie. A travers la montée d'une concurrence stimulante, cette nouvelle ère signale la fin du journalisme de papa - un journalisme moribond, qui a au moins désormais trouvé son porte-parole, dont les accents sont au journalisme d'aujourd'hui à peu près ce qu'est la voix de Gaulle à la modernité du débat public. Ou, pour être tout à fait clair, Jurassik Park à la nouvelle vague.

06/01/2007

Mon émission préférée (2) Et les lettres

"La pensée unique, c'est l'image unique" (un petit commerçant); "Il y en a marre de s'excuser d'être Français (...) La France, aimez-la ou quittez-la" (Nicolas Sarkozy) ; "Finie l'époque du négro musclé, belles dents, Sarkozy il veut du noir, diplômé, intelligent" (Zêdess) ; "Nous assistons aux Etats-Unis à un glissement vers la tyrannie (...) c'est une période au cours de laquelle les gens sont dominés par la peur" (Pr. Guttierez) ; "Il faut créer des lieux d'encadrement à dimension militaire" (Ségolène Royal) ; "Une équipe, elle a besoin d'être soutenue, d'être encouragée pour donner le meilleur d'elle-même" (Dominique de Villepin) ; "Je voudrais juste dire à ma maman que je l'aime" (Zinédine Zidane) ; "Quitte ne saute pas n'est pas Français" (des supporters) ; "A quelle lettre de l'alphabet associe-t-on la zone la plus érogène de la femme ? - Le Q ? -Non Adriano, le G" (Laurence Boccolini)...

"Nous sommes au beau milieu d'une épidémie de cancers" (The Corporation) ; "le Portugal méritait de gagner, l'arbitre a été acheté" (un supporter) ; " Alors, la devise de l'équipe c'est on vit ensemble, on meurt ensemble ? - Oui. Mais avant je pouvais mourir tout seul" (Raymond Domenech) ; "Ooh, Zinedine, ooh Zinedine, oooh non, pas ça, pas aujourd'hui, pas maintenant" (Thierry Gilardi) ; "Tu es le fils d'une pute terroriste, ta soeur est une pute, va te faire enculer" (propos présumés de Materazzi d'après des experts britanniques) ; "Il y a un faisceau de présomptions graves" (Nicolas Hulot) ; "Mieux vaut mourir qu'être pauvre toute sa vie" (un réfugié sénagalais en Italie) ; "On fait du nettoyage de fichiers (...) On nous dit : lui, il dégage" (une employée de l'ANPE)...

"On se croirait dans un épisode de la série 24h00 chrono" (un citoyen britannique après le coup de filet de Scotland Yard avant une tentative d'attentat à Londres) ; "Si je prenais sur moi le choc de cette défaite (...), alors peut-être vos chances en étaient augmentées pour la bataille des législatives, et non pas affaiblies" (Lionel Jospin) ; "J'ai été frappé par des relations humaines marquées par une quasi absence d'agressivité dans la société canadienne" (Alain Juppé) ; "Les banlieusards, c'est des clowns" (Doc Gyneco) ; "La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est : mon Dieu, le cours de l'or va exploser" (un courrier de Wall Street après l'attentat du 11 septembre)...

"Nous attendons de la télévision des révélations de la plus haute portée" (Jean XXIII) ; "Je ne veux plus qu'on mange du cheval" (Brigitte Bardot) ; "Nous sommes un pays menacé de guerre civile (Jean-Marie Lepen) ; "La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique (...) Il faudrait stériliser la moitié de la planète" (Pascal Sevran) ; "Dans cette équipe, il y a 9 blacks sur 11" (Georges Frêche) ; "J'ai su au Rwanda pourquoi les Juifs étaient morts, pourquoi nous n'avons pas détruit les voies ferrées " (Bernard Kouchner)...

"On se croirait revenu au temps du Far West, on a peur d'aller faire les courses" (une habitante d'une cité) ; "Les Tarterêts aujourd'hui, c'est l'équivalent de la Vallée des Aurès en 57" (Christophe Barbier) ; "Vive le peuple, vive la nation, à bas les traîtres, à bas les envahisseurs" (Saddam Hussein au moment de l'annonce de son verdict) ; "Un leader, ça doit considérer qu'il ne sait pas tout tout seul" (Ségolène Royal) ; "Pour la première fois, un pape prie avec un imam dans une mosquée en direction de la Mecque" (commentaire off); "Tu meurs et après, tu te rends compte, tu peux voir Jésus, tu peux voir Dieu" (un jeune catholique)...

"Dogstep, le premier escalier qui permette à votre chien d'être plus proche de vous" (une publicité) ; "le bout de pain n'a pas suffi au pélican, qui a dévoré un pigeon qui passait à côté dans le parc" (un journaliste) ; "Dieu peut détruire Jerusalem comme il a détruit Sodome et Gomorrhe" (un rabbin à la Knesset contre la Gay Pride) ; " Je suis venu ici parce qu'ici, c'est la France, la vraie France (...) La France dont on ne parle jamais parce qu'elle ne se plaint pas" (Nicolas Sarkozy) ; "Maman, je t'aime" (2) (Zinedine Zidane). "Cela vous est arrivé d'avoir envie de donner des coups de boule (PPDA) ? - Je m'efforce de me retenir" (Jacques Chirac).


Mon émission préférée, ce n'est pas L'île de la tentation, Vivement Dimanche, En quête de vérité, On n'est pas couchés ou En voilà des manières ! Ce n'est pas non plus Attention à la marche, Le droit de savoir ou Vismavie. Ni A vous de juger, les Questions au gouvernement, Mots croisés, Vie privée vie publique, Die Nacht ou Cultures et dépendances. Ce n'est pas le Mensomadaire, 93 faubourg Saint-Honoré, T'empêches tout le monde de dormir, Strip tease, 100 % foot, Les Z'amours ou Taratata.

Pas davantage Envoyé spécial, C'dans l'air, C'est du propre, Koh-lanta, Super nanny, L'arène de France, Questions pour un champion, télé foot, Il faut que ça change, Dimanche + ou Star Academy. Ce n'est toujours pas A prendre ou à laisser, Combien ça coûte ?, Zone interdite, Chanter la vie, SOS cambriolages, France Europe Express ou Relooking extrêmes. J'aimais assez Ripostes. Je regarde toujours, à l'occasion, En aparté ou Arrêt sur images. Et je ne me remets toujours pas de l'arrêt de La minute blonde.

Spinoza : "En ce qui concerne les affaires humaines, ne pas rire, ne pas pleurer, ne pas s'émouvoir, mais comprendre". Mon émission préférée, c'est les chiffres et les lettres. Version Zapping.